Article imprimé depuis le journal en ligne ouest-var.info

Imprimer

Café philo le 5 décembre à Six-Fours

Six-Fours - Culture mercredi 20 novembre 2019
Jeudi 5 décembre de 19h30 à 21h30, à l’auberge du Mont Salva au Brusc, le café-philo du Rendez-Vous des Idées vous invite à venir écouter puis débattre avec Thierry Ripoll, sur le thème « Le cerveau a-t-il besoin d’un esprit pour fonctionner ? ». Aussi loin que nous puissions remonter dans notre histoire, nous retrouvons des traces de la conception dualiste selon laquelle nous sommes constitués d’un corps matériel et d’une âme immatérielle. Aujourd’hui, cette croyance, sous sa forme religieuse ou laïque, perdure globalement sur l’ensemble de notre planète. La philosophie des Lumières, puis le développement plus récent des sciences cognitives ont mis à mal cette conception. Pourtant, le dualisme rejeté par la plupart des intellectuels du domaine demeure majoritaire dans le monde. Il conserve une force d’attraction et une forme d’évidence intuitive qui nous conduisent à résister à l’adoption de sa rivale et alternative philosophique : le physicalisme. Nous essaierons d’en comprendre les raisons. Comment peut-on accepter que nos pensées, nos désirs, nos intentions ne résultent que de l’activité de quelques 100 milliards de neurones ? Se pourrait-il que le monde ne soit constitué que de matière physique, et que l’immatériel, le mental, l’esprit, l’âme ne soient que des constructions humaines purement illusoires ? Si tel était le cas, pourrions-nous encore parler de libre-arbitre ? Est-il possible de vivre heureux dans un monde sans esprit ? Nous vous proposons de réfléchir sur ces 2 conceptions opposées et à leurs implications, à la lumière des développements récents dans la psychologie, les neurosciences, l’intelligence artificielle et bien sûr la philosophie. Thierry Ripoll est professeur de Psychologie cognitive et membre du laboratoire CNRS de Psychologie Cognitive à l’Université d’Aix-Marseille. Il a publié récemment « De l’esprit au cerveau » (Ed. Sciences humaines)